Défi Grand écart en 60 jours

Défi Grand écart en 60 jours

22 octobre 2019 0 Par Lukas Marin

Le grand écart, une posture redoutée de tous !

“Tu ne connais pas tes limites, avant de les avoir dépassées”

Une citation que j’ai trouvée sur doctissimo. Lorsque je lis cette phrase, j’ai juste envie de partir m’entraîner plus ou apprendre quelque chose dans mon domaine que je ne connais pas encore. Comme par exemple, décider de faire le grand écart en 60 jours😆.

Le grand écart est une posture en yoga, une figure en danse, ou un coup de pied en art martial. Dans tous les cas, elle reste très difficile à réaliser.

Il existe deux types de grand écart :

  • Le grand écart latéral
  • Le grand écart facial
Le grand écart latéral se résume à tendre une jambe devant soi et une autre derrière soi en ayant un angle de 180 degrés entre les deux ! Plus facile à dire qu’à faire :).
Les muscles principalement sollicités pour celui-ci sont :
   – Les ischio-jambiers
   – Le quadriceps
   – Le Psoas iliaque
 

Le grand écart facial quant à lui, se résume à tendre une jambe de chaque côté de son buste. Jean-Claude Van Damme en est un expert😉.
Les muscles principalement sollicités pour celui-là sont :
– Les adducteurs

En revanche, le grand écart facial n’est pas accessible à tous. Selon la forme de nos os, il est possible que certaines personnes ne puisse physiquement pas l’atteindre. Pour plus de détails, Christophe Carrio a écrit un poste concernant ce phénomène. Cliquez ici pour le voir.

60 jours pour faire le grand écart

Jean Claude Van Damme grand écart facial

Pourquoi se lancer un tel défi ? 

J’ai toujours été un compétiteur dans l’âme. Surtout dans le domaine du sport, que ce soit sûr de l’endurance, de la puissance, de l’explosivité ou de l’esprit d’équipe. L’effort physique est quelque chose que je sais appréhender maintenant. En revanche, les étirements, le stretching et la souplesse sont des domaines que je connais moins.

Certes, j’en ai déjà pratiqué, mais surtout en complément au sport. Jamais à part entière. C’est pour ça que je me suis lancé un défi compliqué d’entrer, pour me forcer à m’impliquer complètement dans cette discipline.

Sortir de ma zone de confort et apprendre à connaître de nouvelles sensations corporelles. Notre corps est capable de tant de choses, pourquoi ne pas en profiter ? Allons tester nos limites 😁 !

J’ai choisi de faire le grand écart en 60 jours, car je trouve qu’au niveau du temps ce n’est pas trop peu (impossible à réaliser) et pas trop long non plus long (ce serait moins challengeant sinon).

Ce défi ne va pas être facile, je ne sais même pas si mon corps est morphologiquement capable de faire le grand écart facial. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas essayer. Dans le pire des cas, si je ne peux pas faire le grand écart facial, je passerai au grand écart latéral.

De plus, ce blog a pour objectif de vous aider à commencer le sport grâce à différentes approches. Je vais donc pouvoir vous montrer comment je fais personnellement pour commencer une nouvelle activité. Personnellement, je trouve qu’il n’y a pas de meilleures approches pour vous montrer le droit chemin 😀.

La programmation et le suivis du grand écart en 60 jours

Comment va se dérouler ce défi ?

Pour tenter de réaliser le grand écart en 60 jours, je vais faire des séances de 30 minutes d’étirements tous les jours. Ces étirements porteront plus particulièrement sur l’ouverture de hanche, les ischio-jambiers, les fessiers, les quadriceps et les mollets.

Je vous ferai un compte rendu hebdomadaire de ma progression sous forme d’articles, ainsi que des méthodes que j’aurai utilisés. Le grand écart est un mouvement que j’appréhende particulièrement, car je n’ai quasiment jamais travaillé la souplesse de mes jambes. C’est justement ce qui rend ce défi encore plus challengeant.  

Vous pouvez voir mon niveau actuel ci-dessous :  

Grand écart, niveau de base
Jour 1

Comme vous pouvez le voir, je suis bien loin de l’avoir 😕

Dans les articles hebdomadaires que je publierai à propos de ma progression, j’inclurai les exercices que j’ai faits ainsi que les pages ou vidéos que j’aurai suivis pour m’aiguiller. 

En plus de la partie pratique, je vous partagerai mes ressentis mental par rapport à cette évolution. Les difficultés que je rencontrerai et les obstacles qui me démotiveront et auxquels je devrai faire face.

Si ce défi vous parle, vous êtes libre de le faire en même temps que moi ou lorsque vous aurez vu cet article. Partagez-le en commentaire ou sur d’autres réseaux comme sur Facebook en cliquant ici, ou sur Twitter en cliquant !  

À la fin des 60 jours, je vous ferai une vidéo récapitulative de toute la progression du premier au dernier jour.  

Les principes de base des étirements

C’est bien beau de se lancer des défis, mais il y a quand même quelques petites choses à connaître avant de se plonger tête baissée dedans. 

Il est important de connaître ces principes si vous avez l’envie de vous lancer également dans ce défi, ou dans le cas contraire, pour votre culture personnel.

Principe N°1 

Toujours s’échauffer avant une séance d’étirement. Dans le cas contraire, vous risquez de vous blesser. Même si ça prend un peu plus de temps, vaut mieux prendre cinq minutes pour s’échauffer, que de ne pas le faire et se blesser. Une blessure peut aller de quelques semaines à quelques mois avant qu’elle soit guérie. Le jeu n’en vaut pas la chandelle, échauffez vous.

Principe N°2

Ne faites pas une séance d’étirement juste après une séance de sport. Vos muscles viennent de travailler et donc former des micro-fissures au niveau de vos fibres musculaires. Il est donc important de laisser vos muscles se reposer pendant au moins deux heures avant d’attaquer les étirements.

Principe N°3

La respiration est primordiale pendant les étirements. Même si ça fait mal, ne restez pas en apnée, mais favorisé de longue respiration. Dans l’idéal, inspirez lentement par le nez et expirez encore plus lentement par la bouche.

Principe N°4

L’erreur la plus commune et de s’étirer trop fort. Lorsque vous sentez une douleur qui commence à s’installer, n’allez pas plus loin dans l’étirement. Essayez de sentir une tension plutôt qu’une douleur dans le muscle.   

Pour suivre la progression, cliquez sur les liens suivant :

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •