Grand écart en 60 jours

Grand écart en 60 jours

Le défi grand écart en 60 jours et terminé. Je vais donc maintenant vous partager mon ressenti sur cette expérience et ce qu’elle m’a apporté.

Mon ressenti

Pour commencer, je suis fier de moi pour être allé jusqu’au bout de ce défi grand écart en 60 jours. Contrairement à ce que l’on peut penser, faire du stretching et du travail de souplesse n’est absolument pas quelque chose de facile. Je m’en suis rendu compte dès la première semaine de défis. 

Par ailleurs, j’ai choisi une thématique très loin de ma zone de confort pour voir jusqu’où, je pouvais aller. À la base, je ne suis absolument pas souple des jambes comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus J-1. Mais avec de la volonté, de la discipline et de la persévérance, j’ai réussi à faire un grand pas en avant (J-60). 

Peut-être que pour certains, ma progression finale reste très basique, mais pour moi, elle est très encourageante. À la base, je pensais pouvoir faire le grand écart facial complet, mais après la troisième semaine, j’ai compris que ça allait être bien plus difficile que prévu. Avec le recul, en me renseignant sur le temps qu’il faut pour arriver au grand écart facial, j’ai remarqué que la plupart des personnes mettent plusieurs mois voir années pour y arriver. J’ai donc compris pourquoi je n’étais pas arrivé au bout. 

Les premières séances furent difficiles. Arrivé à la troisième semaine, je n’avais plus aucune motivation. En effet, j’avais des tensions et des petites douleurs aux adducteurs dus aux entraînements quotidiens. J’avais également l’impression de ne pas progresser d’un pouce. Mais avec de la persévérance, j’ai continué et petit à petit, les résultats ont commencé à arriver. J’ai commencé à sentir une réelle progression aux alentours de la semaine cinq. De plus, j’en faisais quotidiennement. Si j’avais choisi de faire seulement une séance tous les deux ou trois jours, la progression aurait mis bien plus de temps. 

C’est comme pour le sport, soyez patient et les résultats arriveront d’eux-mêmes. N’espérez pas avoir de résultats rapides. 

Les bénéfices

Par la suite, les bénéfices au niveau du ressenti mental ou physique ne sont pas arrivés tout de suite. À l’image de ma progression, les réelles sensations de bien-être sont arrivées aux alentour de la semaine cinq du défi grand écart en 60 jours.

Effectivement, les premières semaines, j’ai plus eu du mal à me mettre dedans. J’avais également plus l’impression de subir les séances que d’autre chose.

En revanche, quelques semaines plus tard, j’ai commencé à ressentir les bien faits sur mon corps et mon esprit. Étrangement, cette habitude est devenue indispensable dans ma journée. Plus les jours passaient, plus je ressentais les bonnes sensations des étirements au plus profonds de mes muscles. À force de faire des séances quotidiennes, mon amplitude de mouvements au niveau de mes membres inférieurs devenait de plus en plus grande.

D’autre part, il n’y a rien de plus gratifiant que de pouvoir faire des mouvements qui semblaient impossibles dans le passé. Gagner en mobilité est un très grand avantage. Je connais également mon corps bien mieux qu’au début de ce défi. Pourtant, je pensais déjà le connaître par cœur avec le nombre de sports différents que je pratique.

Enfin, à la fin de chaque séance, je me sens totalement détendu et relaxé pour la fin de la journée. Un peu comme une sensation de sérénité m’envahit et me libère de toutes tensions potentielles.

Vidéo de progression

Comme promis l’or du premier article de ce défi, j’ai filmé quelques partis de mes séances pour vous en faire une petite vidéo récapitulative de ce défi grand écart en 60 jours. Bon visionnage ! 😉

N’hésite surtout pas à t’abonner, rien ne me ferai plus plaisir ! 😊

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •