Grant écart en 60 jours [semaine 6]

Grant écart en 60 jours [semaine 6]

Progression du grand écart après 42 jours

Mon ressenti

La sixième semaine du défi grand écart en 60 jours est terminé ! Toujours avec une pratique quotidienne en faisant des séances entre 20 et 30 minutes.

Tout d’abord, je tenais à préciser que je suis très content du chemin que j’ai parcouru depuis le début de ce défi. De base, je ne suis pas souple du tout au niveau de mes jambes, donc arriver aussi loin est déjà une grande source de satisfaction. Sans compter que je commence vraiment à apprécier cette nouvelle souplesse, je connais encore mieux mon corps alors que je pensais déjà le connaître par cœur avec toutes les activités que j’ai fait et que je fais encore. 

Par ailleurs, ce petit défi se transforme petit à petit en une habitude quotidienne, une routine qu’il m’est devenu normal de pratiquer. Rater un jour me procurerait une petite sensation qu’il manque quelque chose dans ma journée.

Pratiquer ces petites séances d’étirement quotidiennes me permet de penser à autre chose et faire une petite coupure de ma journée. Pendant les séances, je ne pense qu’à mon corps et les sensations que cela me procure, aucune pensée négative ou stressante ne se fait ressentir. De plus, je me sens comme totalement relâché et détendu pour le reste de ma journée après ces séances.

Cliquez ici pour voir le but de ce défi grand écart en 60 jours.

Ma progression

Bien que je retourne dans une passe dans laquelle la progression commence à se faire sentir de moins en moins, je deviens de plus en plus serein. Serein dans la manière d’appréhender les différents exercices de souplesse, serein dans l’intensité que je ne dois pas dépasser afin de ne pas me blesser.

De ce fait, comme vous pouvez le voir sur la photo en haut de l’article, j’ai très légèrement progressé. Mais au point où j’en suis, chaque petit centimètre de gagner est comme une petite victoire. La raison pour laquelle je mets des chaussettes de ski pour faire le grand écart, c’est parce que ça glisse mieux au sol et fait moins mal aux talons. Cela paraît peut-être un peu abusé, mais je peux vous dire qu’à force de répéter ce mouvement, les talons en prennent un gros coup.

Entre autres, je ne vais plus me forcer au maximum pour tester la progression de mon grand écart. C’est trop de risques pour pas grand-chose, si pour ça il faut que je m’entraîne plus longtemps, je m’entraînerai plus longtemps.

Les séances grand écart

Jour 36

Pour commencer cette nouvelle semaine, j’ai suivi la même séance de Tom Merrick que j’ai aussi pratiqué pendant la semaine 5.

Dans la mesure où la séance est à dominante, grand écart facial, la position du grand écart revient souvent. Cela me permet de bien m’habituer à cette posture ainsi que d’améliorer mes points d’appui. C’est également très bon pour les sensations ressenties qui petit à petit se développent bien.

Jour 37

Ensuite, pour ce 37ème jour, j’ai préparé ma propre séance. Contrairement aux autres jours, j’ai tenté cette fois-ci de travailler uniquement mon “écrasement”. Le travail d’écrasement consiste à rapprocher son buste le plus possible de ses jambes lorsqu’elles sont tendues. 

Il est possible de la travailler dans plusieurs positions, comme celle-ci par exemple, que vous pouvez voir au jour 39.

Grand écart en 60 jours

Jour 38

Pour ce jour 37, j’ai travaillé de manière un peu plus généraliste en suivant une séance de yoga. Cette séance de yoga avant pour dominante, le grand écart latéral.

Par conséquent, cela allait parfaitement dans la continuation du jour 37, car le grand écart latéral mobilise énormément les ischio-jambiers tout comme les positions d’écrasement.

Jour 39

Concernant le jour 39, j’ai décidé de retravailler encore une fois l’écrasement en faisant ma propre séance. Que ce soit en posture debout, assis, j’ai travaillé mes ischio-jambiers comme il faut.

Pour travailler l’écrasement, il faut faire attention à garder le dos bien droit voir cambrer un petit peu. J’ai encore beaucoup de mal avec ça, c’est pour ça que je le travaille beaucoup en ce moment.

Grand écart en 60 jours

Jour 40

Une fois de plus je fais ma propre séance, mais cette fois-ci, je travaille l’ouverture de hanches pour le grand écart. Les exercices me paraissent de moins en moins difficiles à exécuter. Peut-être que c’est parce que je force moins qu’avant. 

Pendant cette séance, les exercices que j’ai effectués sont :

Suite à cet entraînement, je me suis vraiment senti complètement détendu et reposé pour le reste de ma journée.

Jour 41

Par la suite, j’ai fait une séance de yoga pour la 41 ème journée. Une séance de la chaîne PsycheTruth sur YouTube comme à mon habitude. J’aime beaucoup faire ces séances après une séance à dominante, grand écart facial.

Dans la mesure où ce sont des séances actives, elles permettent de découvrir d’autres sensations que les étirements purs. D’ailleurs, comme elles sont en général plus généralistes, cela permet de pratiquer de nouveaux mouvements.

Grand écart en 60 jours

Jour 42

Pour conclure cette sixième semaine, j’ai refait la séance de Tom Merrick dans laquelle il pratique pas mal le grand écart facial. J’ai trouvé bien de la faire pour ce dernier jour afin de bien m’assouplir les adducteurs pour mon maximum. Même si je n’ai pas énormément progressé durant cette semaine, je suis tout de même content de ma prestation.

Ma mentalité après cette sixième semaine

Bien que ma progression commence à être plus lente, je ne me suis jamais senti aussi à l’aise dans ce défi qu’à la fin de cette semaine. Contrairement aux premières semaines, je n’ai plus besoin de gros boost de motivation pour faire mes séances de souplesse et d’étirements.

Je sais à présent que celles-ci me font le plus grand bien, que ce soit pour mon corps et mon esprit. Effectivement, après chaque séance, mon corps est totalement détendu et mon esprit rempli d’ondes positives pour le reste de la journée. Ça parait peut-être un peu bateau dit comme ça, mais c’est vraiment le cas.

C’est pourquoi, lorsque j’aurai terminé ce défi du grand écart en 60 jours, je vais continuer de faire des petites sessions d’étirements et de souplesse quotidienne. Alors ça ne sera pas 30 minutes comme actuellement, mais plus aux alentours de 10/15 minutes histoire de relâcher toutes tensions dans mon corps. De plus, j’utiliserai une approche un peu plus généraliste que de travailler seulement l’ouverture de hanches et les membres inférieurs. 

Enfin, je suis content que ce défi m’ait permis de ressentir vraiment les biens faits des étirements et du travail de souplesse.  Même si les premiers jours (semaines) ne sont pas forcément faciles, avec un peu de persévérance, il est possible de ressentir les biens faits de beaucoup de choses.

Au prochain épisode de la série “grand écart en 60 jours” ! 😉

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •