Les 3 types de contraction musculaire

Les 3 types de contraction musculaire

Nous utilisons tous nos muscles de manière différente afin de réaliser des actions ou encore tout simplement pour nous déplacer. Pour ce faire, nos muscles passent obligatoirement par un des trois types de contractions musculaires.

  1. Contraction concentrique
  2. Contraction excentrique
  3. Contraction isométrique

Premier type de contraction musculaire : la contraction concentrique

Contraction concentrique

Pour commencer, en terme biomécanique, la contraction concentrique d’un muscle est le rapprochement entre l’insertion et terminaison d’un muscle. Pour faire plus simple, c’est le moment pendant lequel le muscle se rétrécit en se contractant. Pour faire encore plus simple, c’est le phénomène qui fait grossir le muscle. La phase concentrique de la contraction musculaire est la plus éprouvante et plus difficile d’un mouvement.

Par exemple, si on prend l’exemple des pompes (exercice pour renforcer les pectoraux), la phase concentrique est le moment où l’on part du bas pour remonter en haut en tendant les bras. Pendant tout le trajet pour remonter, les pectoraux vont se resserrer et se contracter, c’est la phase concentrique. Si vous faites régulièrement des pompes, vous serrez d’accord avec moi pour dire que la remontée est le moment le plus difficile des pompes.

Pour finir, je vais vous montrer un deuxième exemple sur les tractions ainsi que les squats. Pour les tractions, la phase concentrique est le moment pendant lequel nous tirons pour monter notre menton au-dessus de la barre (exercice travaillant principalement les dorsaux). En ce qui concerne les squats, c’est de passer de la position fléchie à tendue (exercice renforçant principalement les quadriceps).

Deuxième type de contraction musculaire : la contraction excentrique

Contraction excentrique

Après avoir vu la contraction concentrique, place au deuxième type de contraction qui n’est autre que la phase excentrique. Pour commencer avec les termes biomécaniques, ce phénomène est l’écartement entre l’insertion et terminaison du muscle. En bref, c’est le contraire de la contraction concentrique. C’est le moment pendant lequel le muscle s’allonge et s’étire.

Par exemple sur l’exécution d’un exercice, la phase excentrique est lorsque le muscle retient la charge. On l’appelle aussi la phase négative du mouvement. Pour reprendre l’exercice de la pompe, nous l’associerons à la descente lorsque les bras se fléchissent afin de descendre la poitrine vers le sol. Les pectoraux vont se contracter en s’allongeant. Cette partie est plus facile que la phase concentrique. C’est pourquoi beaucoup de personnes vont utiliser la phase excentrique d’un mouvement pour travailler sur un exercice spécifique.

Ensuite, je vais vous l’illustrer à nouveau sur l’exemple des tractions ainsi que des squats. Lorsque vous faites l’exécution de votre traction, nous allons parler de contraction excentrique sur la descente du mouvement. La descente représente le moment pendant lequel les bras se déplient pour revenir en extension totale. En ce qui concerne le squat, nous retrouverons la phase excentrique au moment d’envoyer les hanches vers le bas et vers l’arrière pour finir en position « assise ».

Troisième type de contraction musculaire : la contraction isométrique

Contraction isométrique

Enfin, nous allons retrouver le dernier type de contraction musculaire qui est l’isométrie. Contrairement aux deux précédentes, celle-ci ne se fait pas sur une phase de mouvement. De fait, le muscle ne s’étire ou ne se rétrécit pas, mais garde la même amplitude. Nous pouvons référencer la contraction isométrique aux exercices ou mouvements statique.

Nous retrouverons la contraction isométrique dans tous les exercices statique comme le gainage, la chaise ou encore la plupart des exercices de Street Workout dont le front lever, le drapeau, ou l’équilibre. De plus, les gymnastes aux anneaux mobilisent pratiquement que la contraction isométrique afin de tenir leurs positions d’une grande complexité. 

Les exercices isométriques, donc statique ne sont pas très facile et agréable à exécuter. Ils vous demanderont un bon mental pour ne pas lâcher la position dès le moindre signe de douleurs. Généralement, vos muscles se mettront à trembler, mais ne vous inquiétez, pas c’est normal et même bon signe. C’est lorsque vous commencez à trembler que vos muscles vont vraiment commencer à travailler.

Autre type de contraction

Contraction pliométrique

On appelle la contraction pliométrique l’enchaînement entre la contraction concentrique et excentrique. Nous retrouvons cette contraction sur les phases de rebonds comme la corde à sauter ou les sauts au-dessus de petits obstacles.

Généralement, on y retrouve les exercices qui nécessitent plus d’impacts dus aux sauts par exemple, ce qui la rend aussi un petit peu plus dangereuse (entorse, fracture) en cas de mauvaise exécution.

Contraction stato dynamique

Vous avez peut être déjà entendu parlé de la contraction stato dynamique, mais sans vraiment être rentré dans les détails. Pour faire simple, le stato dynamique s’agit d’inclure une pause de quelques secondes pendant l’exercice pour terminer de manière explosive. La pause doit vraiment être marquée de deux à trois secondes avant de reprendre le mouvement.

Nous retrouvons beaucoup de stato dynamique dans les sports comme l’escalade ou le Street Workout qui sont deux activités se pratiquant au poids de corps.

Ce qu'il faut retenir

Nous pouvons bouger et déplacer notre corps grâce à nos muscles qui se contracte et se décontracte. Il existe trois manières dont nos muscles peuvent se contracter. La contraction concentrique qui se caractérise par le rétrécissement de notre muscle comme lorsque vous allez utiliser votre biceps pour exécuter une flexion de votre bras. Ensuite nous retrouvons la contraction excentrique qui est le mouvement inverse (l’allongement du muscle/tendre le bras). Enfin, nous retrouvons la contraction isométrique qui se résume à la contraction statique (pas d’amplitude de mouvement) comme le gainage.

De plus, nous retrouverons d’autres types de contraction plus spécifiques à une méthode d’entraînement comme la contraction pliométrique ou statique dynamique.

Sportivement

Lukas

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •